Forêt d’Eawy
Histoire

     .

→Eawy se prononce « E-A-V-I ». C’est un terme de l’ancien francais, dérivé du substantif eve, ewe forme ancienne de francais « eau » issu du latin aqua et qui est synomyme du mot aqueux au sens d' »humide« . Ce nom a beaucoup évolué au cours des siècles. Ainsi dans des documents anciens on trouve : Havy, Awiz, Yovy, Eavy.

La forêt d’Eawy fait référence à l’eau dont le toponyme est très proche étymologiquement. Les chartes anciennes rédigées en latin font apparaître « foresta de aquosis » ou encore « foresta de aquatico ».  Même si aucune rivière ne coule dans la forêt, les hommes qui ont donné son nom, avaient néanmoins déjà remarqué l’omniprésence de l’eau. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Hans Braxmeier
Milieu naturel

                                                                                      ..

→La forêt d’Eawy comporte 6905 hectares soit 10% de la surface de la forêt et se compose de plusieurs massifs entre les vallées de la Varenne et de la Béthune. Elle se situe dans une zone de transition, aux confins du Pays de Bray et de Caux.

La forêt d’Eawy est la forêt la plus arrosée de Seine-Maritime, elle n’est pas traversée par des rivières ou cours d’eau, mais l’argile à silex qui recouvre la craie entretient une assez grande humidité. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

P1010533
Historique

À la fin du XVe siècle

→Une fois le pays remis de la Guerre de 100 ans. Les rois de France Louis XII et François 1er importèrent en France la Renaissance qui prospérait en Italie. Ce fut le début d’une époque moderne avec de grandes nouveautés.

La production artistique se développa, l’architecture prit un nouvel essor. Il fallait alors beaucoup de bois pour construire ces gigantesques charpentes mais aussi pour chauffer ces immenses palais, de plus pour construire et se chauffer, il fallait beaucoup de bois pour la population, qui à nouveau se remettait à croître.

La marine royale devenait un instrument de puissance stratégique et le développement du commerce engloutissait de plus en plus d’arbres.

Le XIXe siècle l'âge d'or

→Ce siècle fut celui du hêtre en forêt d’Eawy.

À cette époque, le peuplement forestier de la forêt d’Eawy n’était pas traité en futaie. Une grande partie était traitée en taillis sous futaie et en taillis tout simplement. Ce mode de traitement produisait beaucoup de bois de chauffage et peu de bois d’oeuvre. Le hêtre y était souvent d’excellente qualité car poussait rapidement et produisait un bois tendre. Cependant le chêne lui produisait beaucoup de gourmands (altèrent la qualité du bois) et de plus sa croissance étant trop rapide, il donnait un bois d’oeuvre médiocre. Le taillis sous futaie fut progressivement abandonné et permit de passer à une futaie régulière, avec une meilleure production de bois d’oeuvre et une qualité bien supérieure. Les besoins en bois de chauffage y compris industriels ont fortement baissé et conforte ce choix stratégique. Ainsi progressivement la forêt d’Eawy devint une futaie de hêtres.

Le XVIe siècle

→Début du XVIe siècle

La pénurie se fit sentir brutalement. La forêt d’Eawy se trouvant à proximité de la mer, elle fut extrêmement sollicitée dans les domaines : de la construction navale, des maisons en colombage (caractéristique de la Normandie), verreries, poteries, et l’approvisionnement de la ville de Dieppe en chauffage.

→Fin du XVIe siècle

De nombreuse surfaces sont pillées et sévèrement dégradées au cours de ces années troublées. …………………………………………………………………………………………………

Le XXe siècle

.

→La forêt d’Eawy a souffert de l’exploitation intensive pour les besoins des armées au cours de la 1ere et 2nde Guerres Mondiales. De 1940 à 1944, les Allemands ont installé des dépôts de munitions et des rampes de lancement de missiles V1, qui furent bombardés par les alliés.

Mais début des années 1950 des plantations résineuses ont eu lieu à forte densité comme l’épicéa commun, le sapin de Vancouver et bien d’autres.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Flores

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..              →La forêt d’Eawy a une flore et une faune exceptionnelles, d’une grande richesse. Grâce à la protection de ses espèces, cela a permis lors de la révision d’aménagement de 2004, de créer une « série de protection écologique » de 152 hectares. Ce qui regroupe différents sites remarquables pour leur biodiversité.

Un site natura 2000 destiné à protéger des « habitats » typique d’Eawy a été créé. C’est la première fois que la forêt d’Eawy bénéficie de cette garantie de conservation.

Anja🤗#helpinghands #solidarity#stays healthy🙏
Arboré
LE HÊTRE

.

→Le climat doux et humide qu’offre les sols forestiers d’Eawy sont très favorables au hêtre, cette essence y est quasiment à son optimum écologique. Cela explique les dimensions souvent exceptionnelles des hêtres adultes en forêt d’Eawy, leur hauteur domine 14 à 22m sur les sols les plus pauvres et atteignent généralement 36 à 38m sur les plateaux limoneux. De plus le diamètre des hêtres âgés peut atteindre les 120cm voire 140cm ce qui  correspond à des circonférences épatantes de 377 et 440cm. Le hêtre a besoin de beaucoup d’eau, il peut souffrir d’un manque de précipitations estivales et de sécheresse. La forêt d’Eawy est la forêt

.

la plus arrosée de Seine-Maritime avec 1200mm annuel, de plus les brouillards fréquents sont un élément de confort supplémentaire pour les hêtres, ce qui est favorable à leur croissance et bien-être. Les sols limoneux profonds et les argiles à silex d’Eawy produisent une excellente réserve d’eau. Le hêtre est une dyrade c’est-à-dire, une espèce à longue durée de vie et tolérant l’ombrage en particulier dans son jeune âge. Le hêtre est capable de se maintenir en attente voire de se développer et de dépasser plus grand que lui. Cette particularité fait du hêtre un prédateur, c’est ainsi que le hêtre élimine en particulier les essences dite lumière. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Autres essences

  .

→Dans la forêt d’Eawy il y a principalement le hêtre et l’érable sycomore mais aussi le chêne, le charme, le frêne, le merisier et dans les années 1880 le pin sylvestre fut introduit dans les sols les plus caillouteux et les moins fertiles d’Eawy.

       .

Arbres remarquables

Arbres remarquables

→Depuis longtemps, l’homme est ébahi par des arbres géants aux formes étranges. Au cours des siècles les forestiers entretenaient de vieux arbres qui faisaient limite avec d’autres propriétés. Les arbres servaient de repère et constituaient de véritables bornes naturelles. Plus tard, d’autres forestiers souhaitèrent préserver un patrimoine naturel. Cette préoccupation de mise en valeur des arbres n’est donc pas nouvelle.

Devant chaque arbre remarquable, il y a un panneau indiquant ses caractéristiques, des explications de son nom, son histoire ainsi qu’une citation d’écrivain.

.

LE HÊTRE A BROUSSIN

Le hêtre à Broussin a la particularité d’avoir une branchaison hirsute et pendante. Vous pouvez l’apprécier au niveau de la parcelle 381 en bordure de la route forestière de Bully.

 GPS : N49.68566 – E1.30389

LE HÊTRE MARTINE

Le hêtre Martine à la particularité d’avoir d’énormes racines apparentes et des branches bases presque horizontales, il est situé dans le canton de Pimont.

GPS : N49.85068 – E1.19794

LE PÈRE ANTOINE

Le hêtre se situe dans un peuplement de feuillus de plus de 80 ans. Depuis les Grandes-Ventes, prendre la direction d’Auffay, puis la route forestière de l’Enclave.

GPS : N49.76203 – E1.22964

LE HÊTRE RUDI

Le hêtre Rudi est né vers 1780. Il domine la forêt d’Eawy de ses 30 mètre de haut, il est situé entre Rosay et les Ventes-Saint-Remy.

GPS : N49.41460 – E1.16121

Arbustive

  

L’arbuste se distingue de l’arbre ou de l’arbrisseau. Il mesure entre 4 et 7 mètres à l’état adulte, à la différence de l’arbre qui fait plus de 7 mètres à l’état adulte.

    .

Le houx

Le houx est une espèce d’arbuste à feuillage persistant, de la famille des aquifoliaceae.

Le sureau rouge

Le sureau rouge ou sureau en grappe est une espèce d’arbuste de la famille des adoxaceae.

Le genêt

Le genêt est une espèce d’arbuste à feuillage persistant, de la famille des aquifoliacea.

L'if

L’if est une espèce de conifère non résineux, de la famille des taxaceae.

Herbacées

     …

→Le massif d’Eawy détient une flore de fougère ou ptéridophyte avec plus d’une dizaine d’espèces dont certaines rares et protégées au niveau régional.

.       

LA FOUGÈRE AIGLE
5598375

…….

→La plus commune la fougère aigle, cette espèce acidophile peut très vite envahir un vide ou une zone bien éclairée. En Eawy elles peuvent atteindre jusqu’à 2m de haut en été. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

JACINTHE DES BOIS
Greg Krycinski

     

→Il y a aussi la jacinthe des bois qui est une espèce de plantes vivaces, elle appartient à la famille des liliaceae et fleurit entre avril et mai. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Faune
MAMMIFÈRES
Anja🤗#helpinghands #solidarity#stays healthy🙏

..

→La forêt d’Eawy abrite de nombreuses espèces animales que ce soit des grands mammifères ou des mustélidés, ces espèces enrichissent la biodiversité de notre forêt et contribuent aux équilibres naturels.

..

Grand mammifères
LE CERF

                       …         

Le cerf est l’animal emblématique de la forêt d’Eawy et plus particulièrement le cerf élaphe. Il fait parti des grands cervidés, il peut mesurer jusqu’à 2,10m et peser plus de 200kg c’est un animal étonnant et majestueux .

Le cerf a toujours fasciné l’homme à la fois par son brame, avec ses cris rauques, graves et puissants et par ses bois.

             .               

Roman Grac

Le brame commence fin août et finit début octobre, il est destiné à signaler sa présence auprès des femelles.

Ana Gic (2)

Ses bois tombent durant l’hiver, lors de la repousse des bois en été, une peau de couleur sombre les recouvre. Irriguée de vaisseaux sanguins, elle est la matrice qui permet de reconstituer les bois. À la fin du cycle cette peau se dessèche. Les cerfs s’en débarrassent en frottant leurs bois neufs contre de jeunes arbres, on dit alors que le cerf fraye.

foxycoxy

→Pendant la saison hivernale les grands cervidés se regroupent en hardes mixtes, pouvant aller parfois jusqu’à la centaine d’individus. La harde est conduite par une biche meneuse, femelle expérimentée qui sait assurer la survie du groupe.

InspiredImages

Le cerf est un herbivore et un ruminant, il mange principalement des plantes herbacées mais aussi des rameaux de résineux et des fougères. Le cerfs s’adapte toujours à la végétation qu’il a à disposition.

Roman Grac (2)

→Le jeune mâle est appelé « faon » jusqu’à 6 mois, de 6 mois à 1 an, c’est un « hère« , puis à partir de 1 an c’est un « daguet » . Par le suite il est classifié selon ses bois.

La jeune femelle conserve le nom de « faon » jusqu’à 1 an, puis de 1 an à 2 ans elle est appelée « bichette »  et enfin « biche« .

Orna Wachman
LE CHEVREUIL
adege

Le chevreuil est le plus petit des cervidés européens. Il est fin et sa hauteur au garrot ne dépasse pas 80 cm. Il pèse entre 15kg et 35kg.

Le chevreuil affectionne les milieux variés ou se mêlent forêts, feuillus et terrains découverts. Il est excellent coureur, sauteur et même nageur, il est plus particulièrement actif le soir et la nuit. Les mâles sont solitaires alors que les femelles accompagnent leurs faons.

LE SANGLIER
Eszter Miller

 ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..Le sanglier de la famille des suidae, est un animal qui se déplace beaucoup à la recherche de nourriture. Le poids du mâle peut atteindre 150kg  pour 90cm au garrot. Au niveau des sens, il a une mauvaise vue mais une ouïe très fine et un odorat particulièrement développé.

Le sanglier a quatre canines, deux sur la mâchoire supérieure appelées les « grés« . Elles constituent une arme redoutable, car elles sont extrêmement coupantes et s’aiguisent en permanence entre elles. Ses défenses poussent toute sa vie. Le sanglier passe beaucoup de temps à se salir dans la glaise puis à se frotter au tronc des arbres pour se débarrasser des parasites. ……………………………………………………………………………………………………………………………………

Mustélidé

              

→Les mustélidés sont une famille de carnivores de l’ordre des carnivorae, qui sont des prédateurs, de taille variée avec un corps allongé et des pattes courtes.

                                                                          

LA BELETTE

La belette

La belette est une espèce assez commune. Elle est le plus petit mammifère carnivore d’Europe, avec une taille d’environ 20cm.

L'HERMINE

L'hermine

L’hermine  est une espèce assez rare. Elle a deux mues au cours de l’année, une en automne qui lui attribue une fourrure brune et une en hiver qui lui attribue une fourrure blanche, ses mues permettent à  l’hermine de se camoufler un maximum.

LE PUTOIS

Le putois

Le putois est une espèce peu commune. Ces animaux ont une glande qui libère une puanteur en cas de peur ou de menace. Le putois d’Europe a une couleur proche du brun foncé avec une tête plus claire.

LA MARTRE DES PINS

La martre des pins

La martre de pins est une espèce assez rare. Son pelage est brun, sa tête est claire avec des pattes et une queue plus foncées.

Avifaune

       

→La présence d’une avifaune variée est un signe de bonne santé de l’écosystème forestier. Une quarantaine d’espèces d’oiseaux a été recensées visuellement et par son chant.

La conservation d’arbres secs sur pied et d’arbres creux, ou présentant des cavités améliore considérablement le potentiel d’accueil de plusieurs espèces d’oiseaux.

Voici quelques espèces que nous pouvons apercevoir en forêt d’Eawy :

.     

Le pic noir

Le pic noir est la plus grande espèce de pic européen de la famille des picidae.

Le busard de saint-martin

Le busard de saint-martin est une espèce de rapace diurne de la famille des accipitridae.

La sittelle torchepot

La sittelle torchepot est une sittelle de taille moyenne, de la famille des sittidae.

Le pic épeiche

Le pic épeiche est un pic de taille moyenne, de la famille des picidae.

L'autour des palombes

L’autour des palombes est une espèce de rapace diurne de taille moyenne de la famille des accipitridae.

Le pinson des arbres

Le pinson des arbres est une espèce de petit passereaux, partiellement migrateur, de la famille des fringillidae.

Le pic vert

Le pic vert est un pic d’assez grande taille, avec un plumage dominant vert de la famille des picidae.

Le geai

Le geai est une espèce de passereaux de taille moyenne, de la famille des corvidae.

La mésange bleue

La mésange bleue est une espèce de passereaux de la famille des paridae.

Entomofaune

    

Les insectes jouent un rôle très important  dans l’écosystème de la forêt, ils contribuent à l’aide de micro-organismes à la décomposition et au recyclage de la matière organique.

En forêt d’Eawy, il y a le grand capricorne qui est une espèce protégée et le lucane cerf-volant.

.       

Thanasis Papazacharias
Odonates

..

Les odonates sont un ordre d’insectes à corps allongé dotés de deux paires d’ailes membraneuses.

..

Lépidoptère

..

Le lépidoptère sont un ordre d’insectes homolétables,

En forêt d’Eawy, il y a le damier de la succise, qui est une espèce protégée au niveau national. Elle est emblématique dans la région, elle apparaît vers fin avril jusqu’à mi juin.

..

Erik Karits
Patrimoine bâti remarquable
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ALLÉE DES LIMOUSINS

                     

→Le besoin d’emprunter la forêt plus souvent, a conduit à la création de chemins de terre ou de pistes entre les villages, notamment pour les besoins du commerce et de la chasse. Ces chemins ont été entretenus par le passage des hommes et des animaux de trait. Aujourd’hui un réseau de 17 km de routes forestières parcourt le massif, une des plus connues est l’allée des Limousins. Cette allée est remarquable dans sa conception, car elle relie deux édifices religieux, le prieuré du Pubel au nord et l’église de Maucomble au sud. Elle possède des points de vue épatants. En parcourant cette allée, on découvre des panoramas incroyables, comme le Vallon d’annival, le val saint-martin et plus emblématique le mont aux Ânes du plateau de la Heuze. L’allée des Limousins est considérée comme l’épine dorsale du massif d’Eawy.

        

Allée des LIimousins @ Anthony Cuissette (4)
CHAPELLE SAINT-ETIENNE DE ROSAY
IMG_4746

 …

La Chapelle Saint-Etienne a été construite en 1885-1886. Au XXeme siècle un arbre a chuté et a occasionné de nombreux dégâts, elle a été reconstruite à partir de 1998. Aujourd’hui la Chapelle a un aspect totalement différent de l’ancienne en briques, car elle a été bâtie en colombages, torchis et tuiles anciennes. Elle possède également des vitraux et même un abri pour la chouette effraie.

          

Le Puits Merveilleux

Le Puits Merveilleux, « gouffre » de plus de 26 mètres de profondeur, est l’une des curiosités de la forêt d’Eawy. Cette bien étrange ouverture se cache à proximité du village de Maucomble. Au fond d’un entonnoir s’ouvre sur une immense pièce circulaire. Nul ne sait s’il s’agit d’un gouffre naturel ou d’une cavité creusée par l’homme.

Le Carcahoux

Le Carcahoux est une hutte traditionnelle de bûcheron, de forme conique son ossature est formée de perches d’environ 4,50 mètres. Un trou est aménagé pour l’évacuation des fumées du foyer autour duquel une dizaine de personnes se réchauffait. Il servait d’abri aux bucherons, le temps de la coupe puis était abandonné sur place. Aujourd’hui, vous trouverez un carcahoux au niveau des Ventes-Saint-Rémy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Translate »